Françoise Gondrée

Posts by Présidente

IMG_4799-e1559712405494.jpg

16 MAI 2019 -2 , Les Normands, le Débarquement, le Souvenir Français

Normands, descendants d’acteurs du 6 Juin 1944, se retrouvent régulièrement et se rappellent se qu’ils ont vécu ou entendu de leurs parents ou voisins…… Porteur d’une Histoire , ils mentionnent régulièrement leur attachement à leur Patrie avec ferveur. Mr D. avait 13 ans. Il observe de la fenêtre de sa chambre de nombreuses lueurs , des avions volant à basse altitude en direction de Caen, puis les planeurs et les parachutistes largués . En ordre dispersé, ils atterrissent sur des arbres, des toitures….ou dans des marais…Leurs accessoires sont endommagés ou parfois perdus .Eux mêmes parfois blessés……

Lire...

10 MAI 2019-1, les Normands, le Débarquement, le Souvenir Français…….

Se remémorer le bombardement de Caen, son exode avec sa famille, Michelle H. , qui avait 13 ans en Juin 1944 est très émue.

Elle relate le bruit sourd et puissant des avions qui déferlent et lachent des bordées de bombes sur sa belle ville normande construite en pans de bois et sur sa maison familiale . ‘ »En pleine nuit, c’est le départ vers nulle part , bicyclettes à la main chargées de quelques effets…………C’est l’enfer…où aller..où dormir….?……….. »’ dit-elle avec émotion………

RFI International s’est beaucoup intéressé à cette douloureuse épopée…..auprès de ces chers Normands , le souvenir toujours présent en mémoire malgré le temps….

D’où ce magnifique poème ( PDF) offert par l’auteur à Françoise Gondrée

Lire...

2 MAI 1944

Ce jour là , Thérèse et georges Gondrée passent le message à l’ Armée britannique de la démolition d’un baraquement par les Allemands qui se trouve à quelques mètres du pont et qui gène -selon eux – la visibilité du secteur .

John Howard, commandant la D Compagnie, chargé de prendre les deux ponts , est immédiatement informé.

Hommage à ce couple courrageux qui a quitté, sans hésiter , le confort de sa vie personnelle pour se trouver dans ce petit café aux heures difficiles , et qui , est devenu symbole britannique.

Françoise , leur fille, y est née le 3 Novembre .

C’est à titre de reconnaissance insigne, le médecin colonel de la 5°P.B est revenu pour la mettre au monde sur ordre de sa hiérarchie.

Lire...

RANVILLE-GENERAL-GALE-F-GONDREE-MARECHAL-MONTGOMERY-e1553420386627.jpg

Hommage au Maréchal Montgomery

Le Maréchal Bernard  Montgomery , né le 17 novembre 1887 à Londres est mort le 24 mars 1976 à  Alton (Hampshire)

24 Mars, anniversaire de son décès. Françoise Gondrée et l’ Aspeg ont une pensée pour le Maréchal ..

Pour le Débarquement en Normandie , (de juin à août 1944), il commande l’ensemble des forces terrestres alliées.

Son QG est au château du Creullet près de Bayeux, proche de la zone d’opération de la 6ème Division aéroportée britannique.

Il passe régulièrement les ponts de Bénouville et Ranville pour se rendre compte de la situation, avec le Général Richard Gale, dans l’attente de la libération de Caen.

Lady Daphné Gale, le général Sir Richard, Françoise Gondrée, le Préfet, le Maréchal Montgomery, un officier Français.

A ces occasions, il s’arrête au  Café Gondrée saluer  Georges et Thérèse, les officiers des unités présentes autour du pont ,les blessés et les tués .Il reviendra souvent assister aux cérémonies annuelles du 6 Juin. Françoise Gondrée , baignée dès son enfance dans cette reconnaissance , aura au fil des années des entretiens avec le Maréchal et lui rendra visite à sa demeure de Alton pour l’entretenir de l’évolution du Musée de Pegasus Bridge. C’est lors d’une de ses visites au Maréchal , qu’il lui a remis sa photographie signée à titre de reconnaissance insigne. Le livre de John Vaughan, médecin de la D Compagnie du Major Howard , en atteste.

Voir:  »Pegasus Bridge, la 6ème D.A. en Normandie  »

Lire...

Salon du 30 Mars 2019

Chers Amis,

J’ai le plaisir de vous inviter au Salon de  La 3ème Fête du Pays Réel , rendez-vous incontournable  qui  se déroulera :

                                        le samedi 30 mars 2019, de 10h à 18h,

à l’Espace Jean Monnet à Rungis, en bordure de Paris (800 places gratuites de parking et nombreux transports en commun) .

où j’exposerai mes ouvrages .

https://catholiquetoujours.com/QCWLKWQ45/civitas190227_2ef91fe4d8.jpg

Une fête du Pays réel ? Qu’est-ce donc ? C’est la volonté, durant toute une journée, de mettre à l’honneur la France des terroirs et des clochers dans une ambiance unitaire, conviviale, joyeuse et familiale.D’une part, de nombreux stands illustreront l’histoire, la foi, les coutumes, le patrimoine, la culture, le savoir-faire, la gastronomie et le dynamisme de ce Pays réel : éditeurs, associations, congrégations, médias alternatifs, artisans, artistes, viticulteurs, brasseurs et petits producteurs rivaliseront de talents et de richesses à vous faire découvrir. Sans oublier, bien sûr, la très longue liste d’auteurs pour petits et grands qui viendront dédicacer leurs livres ou bandes dessinées.

A Bientôt.

Françoise Gondrée*

Fondatrice, Présidente

Musée de Pegasus Bridge & Batterie de Merville

BP5

14860 Ranville

*Auteur : ‘’ 1-‘’ Pegasus Bridge, le pont de l’espoir ‘’  . Editions du Panthéon ;2-‘’ Pegasus Bridge, l’usurpation ‘’  .  Editions du Panthéon ;3-‘’ Pegasus Bridge, la 6ème Division aéroportée britannique en Normandie ‘’  Editions Sutton.  

*Conférencière,Membre de AEC « Les Ecrivains Combattants », Le Souvenir Français, Georges Washington University , ITVnews, Ministère des Affaires Etrangères ,Cocktail & Culture, Cercle National des Armées, Ecole Militaire……… autres……

Lire...

Pegasus Bridge et la sauvegarde de son environnement

Si les lieux sont à peu près restés dans leur jus pendant un certain nombre d’années, dès 1969, Françoise Gondrée et l’ Asssociation  »Aspeg », comprenant les plus hauts dignitaires et acteurs du 6 Juin 1944, ont tout mis en oeuvre pour sauvegarder les sites historiques, y compris la batterie de Merville . 1972 est le premier classement d’un rayon de 500 m du pont (pont de Ranville , maisons, château de Bénouville) et la création de leur Musée inauguré en 1974 .

Pas de chance , comme par hasard , le bistrot dit la  »chaumine » flambe .Il est reconstruit sans rappeler son authenticité . Le charme des abords sur le terrain de la propriété sont détruits par les propriétaires.

L’agrandissement du canal , des arbres anciens bordant celui ci ,les roseaux utiles pour retenir la terre et où de nombreux volatiles venaient nicher, les petites barques de pécheurs….tout est rasé…..

Côté Mairie, celle ci est débarrassée des obus de 1914/18 qui entouraient le monument aux morts , le calvaire balayé pour faire place à un échangeur reliant la voie expresse Caen-Ouistreham.

Les terrains plus ou moins marécageux avec des herbages , situés entre l’orne et le canal, pleuplés de nombreux oiseaux permanents et migrateurs , de cabions, sont dénaturés . Une route importante longeant l’orne conduit au nouveau port de Ouistreham et d’autres accès sont ouverts vers le nouveau port de Caen. Si Françoise Gondrée obtient la sauvegarde de la baie de l’ Orne , en 2010, une prolongation de la préservation du site entre le carrefour de Bénouville et les ponts est accordée. Sur le papier……En vérité, la destruction continue……. La route entre les deux ponts n’est pas oubliée. Sa nouvelle configuration avec le changement de structure des deux ponts très modernes , puis le bouleversement total vers Ranville, ronds points, lotissements, y compris sur la zone d’attérissage des planeurs ne permet plus de se rendre compte de la topographie authentique.

Le terrain et la maison anglo normande dite Morin , située au carrefour de Bénouville , achetés par la municipalité n’ont jamais été loués pour assurer un entretien et un revenu…..En Juin 1944, les britanniques avaient installé un centre de télécommunications qui était notamment en liaison avec le phare de Ouistreham. Georges Saunders, qui avait rencontré plusieurs fois Georges Gondrée avant le 6, en était le responsable.

Maintenant , ce lieu est sous les coups de pioches pour faire place à un lotissement qui va complètement défigurer le paysage et surtout encombrer un peu plus ces voies de circulation .

C’est une très grande tristesse de constater que tous les efforts de Françoise Gondrée et de l’association auprès des autorités concernées pour préserver ces sites historiques et une coulée verte entre Ranville et Bénouville n’ont reçu strictement aucun échos. A l’heure ou le Calvados veut développer le tourisme ,ces sites , comme d’autres , sont désormés méconnaissables .

Photos anciennes seront placées ultérieurement.

Lire...

Les Commandos Kieffer


24 Février 2019 . Décès e Jean Masson à Ollioules dans le Var, à l’âge de 95 ans.  .
’’’J’ai appris aujourd’hui avec tristesse la disparition de Jean Masson. Il était l’un des 4 derniers survivants des 177 hommes du Philippe Kieffer à avoir débarqué en Normandie le 6 juin 1944.
Né le 15 mai 1923 à Saint Dié dans les Vosges, il était apprenti fondeur chez son oncle lorsqu’en 1941 il avait décidé de franchir la zone de démarcation pour passer en « zone libre ». Engagé dans la Marine de Vichy à Toulon, il avait entamé une formation d’électromécanicien à l’école de Bizerte de juillet à octobre 1942. Après un passage par l’Egypte, il était rentré en France, puis, suite à l’invasion de la zone libre fin 1942, il avait décidé de partir pour l’Angleterre via l’Espagne puis Gibraltar. Arrêté par la Guardia civil, interné en Espagne à la prison de Lérida pendant deux mois, il avait été pris en charge par la Croix Rouge américaine puis conduit à Barcelone. Il avait dû y attendre six mois avant de pouvoir rejoindre Casablanca via Malaga. Fin 1943, il y avait embarqué pour l’Angleterre où il était arrivé le 1er janvier 1944. Arrivé à la caserne Bir Hakeim, on lui avait proposé de partir pour les commandos. Il avait alors suivi le stage commando à Wrexham sous les ordres du lieutenant Amaury. Affecté à la troop 1, il avait débarqué en Normandie le 6 juin 1944 mais avait été très rapidement blessé sur la plage par l’explosion d’un mortier. Laissé pour mort, il n’avait été évacué que le 9 juin. Après sa convalescence, il était revenu au commando et avait pris part au débarquement de Flessingue le 1er novembre 1944 puis avait fait toute la campagne jusqu’à la fin de la guerre.

Il reste désormais trois survivants sur les 177 : Jean Morel, Hubert Faure et Léon Gautier.
Benjamin Massieu’’’


Communiqué par Benjamin Massieu . Publié avec son accord..
PM. Jean masson était un parmi les 24 commandos qui ont terminé la guerre sans être tués .Il avait le numéro de matricule 144.





Lire...